Le Vicomte fatigué


Création 2014

 

 

Déambulation pour un personnage seul… qui aimerait bien être deux de plus !


  • Déambulation pour 1 personnage
  • 3 représentations de 40 mn par jour

Dans son costume, son attirail et sa posture d’un autre âge, Monsieur est un peu perdudans le monde du portable. Au fil de son parcours, il distille des textes courts, sollicite et interpelle le passant dans une harangue jubilatoire. Toujours harnaché dans sa chaise à porteurs, il peut s’assoir, se lever, marcher et même courir à travers les rues et les places. Mais ses seuls moyens sont des poèmes courts. Selon l’attitude des spectateurs, il adopte des répliques empruntées à l’anthologie de la poésie française, de Rutebeuf à Desbordes-Valmore, en passant par Ronsard.
Ainsi, tour à tour il s’ apitoie : « Je n’ai plus que les os, un squelette je semble…»
Il reproche : « Si je demeure, Triste, à vos pieds, Et si je pleure, C’est bien, riez »
Il engueule : « Quel Belzébuth es-tu là-bas, Nourri d’immondice et de fange…»
Ou s’amuse : « Le cornac est tout jeune et la bête est énorme…»
Il sait aussi remercier : « Qu’un ami véritable est une douce chose…»
À l’occasion, il chante même parfois une petite chanson !
Le Vicomte n’est pas un ingrat il gratifie ses porteurs occasionnels d’authentiques pièces d’or ou de cuivre… à croquer !